Récupérer son sein après un cancer c’est possible !

chirurgie-esthetique

Une reconstruction mammaire est un choix personnel, dont la motivation peut porter sur le désir de retrouver une identité perdue, une féminité dévaluée, une sensualité volée, un physique handicapé, une vie indignée. Aussi, est-il important de choisir parmi les méthodes de reconstruction qui existent, celle la plus adaptée à son besoin. De même qu’il est important en quoi consiste réellement une reconstruction mammaire.

Ablation partielle ou complète ?

En se réfugiant dans la glande mammaire, un cancer du sein peut conduire à l’ablation complète du sein qu’on appelle mastectomie. Cette solution est alors envisageable, dans la prévention du développement des cellules cancéreuses, après la première intervention.

Reconstruire son sein c’est se retrouver

Pour une femme qui vient de perdre son sein suite à un cancer, l’unique chose à faire, pour éviter d’avoir revivre toujours le cauchemar, pour éviter de se sentir diminuée, comme handicapée, incapable de rester et d’être à nouveau une femme, la chirurgie plastique et reconstructrice se propose alors, de lui faire un nouveau sein afin qu’elle garde l’harmonie de sa poitrine et sa splendeur perdue. Un sein reconstruit ne sera pas celui perdu, mais au moins, il aide la femme à s’accepter, à affronter la réalité, à oser sortir sans craindre le regard des autres. Il l’aide à vivre de manière plus épanouie.

Choisir la technique et le moment

Pour ce faire, la chirurgie reconstructrice peut procéder de plusieurs manières. La reconstruction du sein peut se faire en même temps que l’ablation de la tumeur ou être différée à plus tard. On pourra alors reconstruire par pose d’une prothèse mammaire ou par autogreffe. La reconstruction du sein, par prothèse, après une mastectomie, n’est possible que si la qualité de peau de la patiente est bonne. L’implant dans ce cas peut être en silicone ou fait à base de sérum physiologique.

Etant donné que le choix d’une technique de reconstruction dépend uniquement de la patiente, et des possibilités du chirurgien, elle peut par contre opter pour une autogreffe. Dans ce cas, sur son dos, il sera prélevé un fragment de peau, de muscle et un peu de graisse, qui serviront ensuite à reconstituer le nouveau sein. Les muscles de l’abdomen peuvent servir aussi à la reconstruction mammaire. Pour reconstruire le mamelon, il peut prélever au niveau de l’aine ou faire juste une dermopigmentation, c’est-à-dire, un tatouage à la place du mamelon, pour un résultat tout aussi satisfaisant.

Un sein reconstruit, un résultat naturel

Au final, un sein reconstruit après l’ablation d’une tumeur cancéreuse, est d’un résultat tout aussi naturel que le sein original. Le sein reconstruit est autant souple, que son galbe, ressemble étonnement au sein naturel.